Calendario

Le symbolisme de l’Égypte ancienne et sa géographie sacrée

Posted by on 20 enero 2019 in Livres, Non classé | Comentarios desactivados en Le symbolisme de l’Égypte ancienne et sa géographie sacrée

Le symbolisme de l’Égypte ancienne et sa géographie sacrée

Dans la vision traditionnelle égyptienne, les hommes se relient au Cosmos à travers des symboles et une géographie sacrée. Ceci leur permet d’intégrer la complémentarité des opposés: le Ciel et la Terre, le haut et le bas, l’invisible et le visible, la vie et la mort, l’espace et le temps, l’infini et le fini… Non dans un but d’uniformisation de ces différentes composantes de la réalité mais dans un sens de complémentarité, d’inclusion alors que la pensée occidentale aurait tendance à privilégier l’un ou l’autre des aspects. Quand les hommes prirent conscience de leur humanité, ils commencèrent à intégrer la mort à la vie et la dimension de la mort entra dans la vie quotidienne. L’art aussi, représente des choses absentes qui, par le biais d’images, de dessins, de peintures deviennent présentes et symbolisent une situation. Petit à petit, s’introduit une autre manière de penser et de traiter la réalité: c’est la naissance du langage symbolique. Les Égyptiens l’ont bien compris et c’est pour cela qu’ils ont tenté de communiquer par symboles interposés. Aborder l’Egypte par ses symboles et sa géogra­phie sacrée, c’est aborder un langage et une vision du monde.Ce petit ouvrage propose d’aller à la rencontre des principaux symboles de l’Egypte ancienne afin de mieux comprendre une vision du monde riche et pleine de...

read more

Persée

Posted by on 14 enero 2019 in Livres | Comentarios desactivados en Persée

Persée

Le guerrier de la Paix Dans un monde en transition, la jeunesse d’aujourd’hui doit relever de nouveaux défis, impensables pour les générations passées. Mais comme dans tous les moments périlleux, pour affronter la difficulté, il faut des repères intérieurs stables et éprouvés et une correcte posture intérieure. La voie du guerrier de la paix est très ancienne, elle n’est que la mise en forme des vieux enseignements de la sagesse donnant la priorité à l’être et à ses choix, sur l’avoir et ses apparences. Ce n’est qu’en s’abreuvant à cette source qu’il est possible d’œuvrer pour un monde nouveaux et meilleur, un monde où chacun trouverait sa place, un monde capable de solidarité et de bien commun, et surtout un monde qui commence par notre propre transformation. Appendre à croire en soi, passer une à une les étapes de son parcours intérieur, en dévoilant peu à peu son potentiel, est la seule voie opérationnelle pour découvrir la liberté de son propre destin. La jeunesse, aujourd’hui comme hier, est toujours prête à jouer un rôle, encore faut-il que des modèles enthousiasmants, comme celui de Persée le guerrier de la paix, puissent inspirer son âme et lui redonner confiance en...

read more

À quoi sert la vie ?

Posted by on 2 julio 2016 in Philosophie | Comentarios desactivados en À quoi sert la vie ?

À quoi sert la vie ? Qu’est-ce que vivre ? Est-ce vivre en dépendant des circonstances, dans le confort, la satisfaction des pulsions et désirs ou est-ce agir en toute liberté, avec discernement et intelligence pour atteindre la sérénité et le bonheur ? À qui sert la vie ? La vie a la valeur que nous lui donnons, en fonction de ce que nous sommes. Pour une pierre, la vie sert à résister. Pour une plante, la vie sert à croître et à pousser. Pour un animal, la vie sert à sentir et à se faire plaisir. L’homme possède en lui des éléments minéraux, végétaux et animaux. Ce qui le différencie des trois règnes est la faculté qui lui permet de se poser la question : à quoi sert la vie ? Pour Pierre Hadot, philosophe spécialiste de l’Antiquité, la philosophie n’est pas un système théorique mais une expérience vécue, une confrontation au réel, de ses idées, rêves et décisions et une remise en question, sans lesquelles il n’y a pas de vie. La vie est un mouvement Qu’est-ce que vivre ? Est-ce vivre en fonction de l’inertie des choses et de la facilité, ou vivre en se réalisant avec détermination, décision, responsabilité et intelligence ? Vivre est un mouvement. Les choses sont vivantes parce qu’il y a mouvement. Mais si ce mouvement devient inertie, mécanicité, artificialité, répétition, dépendance, résistance et routine, la vie s’échappe et meurt. L’inertie est une force qui naît d’une autre : au billard, quand une boule en touche une autre, elle lui transmet sa force ; l’autre boule bouge par inertie et non par elle-même. Pour sortir du confort, de la paresse, de la vie au jour le jour, de l’instinct de conservation qui nous protège, il faut prendre des risques, donner des finalités à nos mouvements. Plus ces finalités et ces rêves sont ambitieux, plus ils sont capables de nous mettre en mouvement. Vivre en autonomie La vie et le vivant se caractérisent par l’autonomie. Le vivant se répare lui-même, panse ses plaies. Un objet ne peut pas le faire. Il faut une intervention humaine. La vie s’auto-reproduit. Quand on se programme soi-même, on peut diriger son existence vers quelque chose d’autre. On peut se reproduire biologiquement ou par les idées et les sentiments. Un objet ne peut le faire. La vie s’auto-régule et s’équilibre. C’est la base de l’écologie. Si notre corps n’arrivait pas à s’autoréguler, il serait tout le temps malade ! La vie sert à être en mouvement et à comprendre les lois du mouvement. Certains passent devant ces lois, en n’étant simplement qu’un effet de mouvement, comme la boule de billard. Ils courent derrière la vie mais ne vivent pas. Ils vivent de façon inconsciente et sont mus par les instincts et les pulsions D’autres s’interrogent : « Où vais-je, qui suis-je ? À quoi sert la vie ? » Ils cherchent une finalité, un sens. Ils s’émerveillent devant la vie, l’univers et tout ce qui les inspire et leur permet d’apprendre avec intelligence. L’expression de la conscience Le mouvement se trouve dans le mot « exprimer » qui veut dire faire sortir ce qu’on a de potentiel en soi pour le faire devenir. Mais qu’exprime-t-on ? Ici intervient la notion de conscience. Nous pouvons exprimer ce que nous avons de bon et de bien en nous, notre besoin de reconnaissance sociale, notre désir de réalisation, notre quête...

read more

Que savons-nous de la réalité ?

Posted by on 2 julio 2016 in Philosophie | Comentarios desactivados en Que savons-nous de la réalité ?

Que savons-nous de la réalité ? Certains disent qu’elle correspond à l’image que nous en présentent nos sens, d’autres prétendent qu’elle n’est qu’illusion, un grand vide rempli d’énergie. Existerait-il différents niveaux de réalité ? Pour les civilisations anciennes Anciens, (Chinois, Égyptiens, Mayas…), l’univers est composé de matière vivante en état vibratoire, de parties en interdépendance les unes avec les autres et avec le Tout. L’homme cherche à vivre en bonne intelligence avec la Nature, à en connaître les lois et leur pouvoir transcendant. Au XVIIe siècle, philosophes et scientifiques prônent la séparation entre la Nature et l’Homme. Descartes énonce l’existence de deux niveaux de réalité distincts chez l’homme : le corps spatio-temporel et le mental transcendant le temps et l’espace. Avec l’arrivée de Newton et la loi de la gravitation universelle, la théorie mécaniciste transforme l’univers en une grande horloge mécanique bien huilée dans laquelle tout devient prédictible (l’évolution de l’orbite, le déplacement des planètes… ). Tout est déterminé et l’homme a ainsi peu de chance de changer le cours des choses et encore moins de se changer lui-même ! Changer de paradigme ? Au début du XXe siècle, de nombreuses découvertes scientifiques remettent en cause la théorie mécaniciste mais l’homme continue à vivre dans cette même vision, faite de certitudes et de détermination. Alors que Newton définit la matière comme un ensemble de particules, les scientifiques aujourd’hui découvrent que la matière peut se transformer en énergie et réciproquement. Le magnétisme, l’électricité, le son ne seraient qu’une même réalité vue sous différents aspects. Non seulement l’ancien paradigme mécaniciste ne fonctionne plus vis-à-vis des sciences modernes mais il ne permet pas de libérer l’homme de sa souffrance dans les situations impermanente et incertaines de la vie. Il est donc nécessaire de changer de paradigme. « Allez avec confiance dans la direction de vos rêves. Vivez la vie que vous avez imaginée » Henry David Thoreau (philosophe et poète américain) La matière, une illusion ? Aujourd’hui nous savons qu’il y a différents niveaux de réalité. Prenons un atome d’hydrogène composé d’un noyau, d’un proton, d’un neutron et d’un électron. Imaginons que le noyau ait la taille d’un ballon de basket. L’électron se trouverait à trente cinq kilomètres du noyau et entre les deux, il y aurait du vide ! Même les atomes seraient également constitués d’un espace prétendument vide qui renfermerait une quantité incroyable d’énergie ! Et quand on sait que l’homme est également constitué d’atomes… Quand nous voyons un objet, en réalité il est rempli de vide ! La matière serait-elle une illusion, Maya comme disent les Hindous ? Le mental intégré à nos yeux L’œil ne sait pas ce qu’il voit, de la même façon que l’appareil photo ou la caméra ne sait pas ce qu’il filme. C’est grâce au mental que nous sommes capables de construire et de comprendre l’image de l’œil et que nous pouvons décoder toutes les perceptions sensorielles des quatre plans de la personnalité (corps, énergie, émotions, raison). Mais le mental se base uniquement sur ce qu’il connaît. Chaque fois que nous apprenons une chose nouvelle nous stimulons l’interconnexion de réseaux neuronaux pour en former de nouveaux. Si nous n’acquérons pas de nouvelles connaissances, notre mental traitera la perception de la réalité comme il en a l’habitude, en disque rayé et nous n’aurons alors aucune possibilité de changer notre perception des choses ni de nous-mêmes !...

read more

Revue les 3 Mondes – septembre/octobre 2003

Posted by on 2 junio 2016 in Presse | Comentarios desactivados en Revue les 3 Mondes – septembre/octobre 2003

La cathédrale, un parcours...

read more

Protest Info

Posted by on 29 mayo 2016 in Presse | Comentarios desactivados en Protest Info

Protest Info

Interview de Fernand Schwarz à l’occasion d’une conférence en Suisse romande le 9 octobre...

read more

Samedi 11 juin 2016 à 20h30

Posted by on 28 mayo 2016 in Agenda | Comentarios desactivados en Samedi 11 juin 2016 à 20h30

Samedi 11 juin 2016 à 20h30

Soirée débat Fernand Schwarz animera un débat, avec Bertrand Vergely et Marc de la Ménardière, autour d’extraits du film-documentaire En quête de sens, réalisé par Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière.   Dans le cadre cadre idyllique de la Cour Pétral INFORMATIONS & RESERVATIONS Tél : 02 37 37 54 56 Mail : cour.petral@gmail.com Nombre de places...

read more

Rencontre avec Gilbert Durand pour la revue Acropolis

Posted by on 25 mayo 2016 in Presse | Comentarios desactivados en Rencontre avec Gilbert Durand pour la revue Acropolis

Rencontre avec Gilbert Durand pour la revue Acropolis

Que sont devenus le mythe et l’imaginaire en Occident ? Philosophe et sociologue, Gilbert Durand est décédé le 7 décembre 2012. Créateur des Centres de recherche sur l’imaginaire, il laisse une œuvre immense (plus de 350 ouvrages et articles scientifiques connus à ce jour) qui a ouvert et inspiré une voie à une réflexion dont se réclament aujourd’hui plus de 80 centres de recherche dans le monde sur la pensée symbolique. Il a exploré les données anthropologiques de l’imaginaire humain, dont il en a dégagé les formes invariantes. La revue Acropolis l’a rencontré en 1985. Propos recueillis par Fernand SCHWARZ   Né le premier mai 1921, Gilbert Durand s’engagea dès 1940 dans la Résistance. Officier des F.F.C. et des F.F.I. (1), il connut les geôles nazies et fut décoré pour faits de Résistance, de la Légion d’Honneur et de la Croix de guerre. Il reçut également la médaille de la Résistance, la médaille des déportés et internés résistants. Agrégé de philosophie en 1947, il fut pendant plusieurs années professeur titulaire, puis professeur  émérite  d’anthropologie  culturelle  et  de  sociologie  à  l’Université  de Grenoble. Il est le fondateur du Centre de recherche sur l’imaginaire, qui regroupe actuellement trente laboratoires, dont dix implantés à l’étranger. Il est l’auteur de nombreux ouvrages. Son premier livre, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire est devenu un classique, constamment réédité. Citons parmi ses autres ouvrages L’imagination symbolique, Figures mythiques et Visages de l’œuvre, Science de l’Homme et Traditions, La Foi du cordonnier… Il nous livre, ci-dessous, un panorama tout à fait extraordinaire du mythe et de l’imaginaire dans l’Occident d’aujourd’hui et de demain. Acropolis : Nous assistons  aujourd’hui  à une  perte d’intérêt des  individus pour la société dans laquelle ils vivent. Par exemple, un sondage réalisé dernièrement annonce que 50 % des Français ne se sentent pas concernés par les mouvements idéologiques actuels et pensent que d’ici l’an 2000 (donc dans quinze ans) il n’en existera plus ou peu. Le problème est celui du nihilisme d’une part, d’une sorte d’énergie centrifuge dispersante et d’autre part,  de  l’échec  des  idéologies  qui  doivent  reconnaître aujourd’hui, qu’aucun idéal n’est capable de réunir et de lier les gens, c’est-à-dire qu’il provoque un renversement. Comment peut-on sortir de cette impasse ? Gilbert Durand : Certains pressentent les choses. Je pense au Ministre de l’Éducation nationale. Il pressent que le tissu français est en train de ficher le camp, et veut faire à nouveau chanter la Marseillaise. On se moque de lui dans certains journaux, mais peu importe. Il y a donc un pressentiment général chez les gens qui pensent. Ce qui est plus grave, et je le disais il y a bien longtemps au fondateur de l’Europe, de la C.E.E. (2), René Mayer : «vous ne ferez jamais une Europe sur du charbon et de l’acier, parce que les intérêts européens profonds sont dans les cultures de l’Europe. On va avoir de grandes surprises politiques en Europe. Car précisément, le jeu des partis politiques des tendances idéologiques, ne coïncide plus avec la réalité du «psychoïde» européen, c’est-à-dire de l’ensemble des tendances, mouvements, idées et symboles qui se dessinent. Ce nouveau modèle n’est pas accepté par les institutions officielles : états, écoles, partis, confessions…   A. :  Donc,  l’important  est  dans  les  croyances  et  non  dans  la  recherche  des technologies ? G.D. :...

read more

Activités de conférencier en France

Posted by on 25 mayo 2016 in Conférences | Comentarios desactivados en Activités de conférencier en France

Activités de conférencier en France

Conférence à l’ Ambassade d’Argentine à Paris. Présentation de son livre « La symbolique de Paris. Paris sacré, Paris mythique » (2005 ) Conférence à l’Ambassade d’Argentine à Paris. Présentation de son livre « La symbolique des Cathédrales, visages de la Vierge » (2004) Conférence à l’Association des Amis du Musée Guimet de Lyon : «Magie, Religion et Médecine en Égypte Ancienne» (1998) Conférences à l’Association des Amis du Musée Guimet de Lyon : «Magie, Religion et médecine dans l’Égypte Pharaonique» ; » Actualité du Livre des Morts Égyptien» ; » Le nouveau Moyen – Âge» ; «Les livres des morts égyptien et tibétain, deux itinéraires de l’âme dans l’au-delà.» ; «Mythe d’Osiris, fondateur de la théologie de la résurrection» ; «Initiation des prêtres d’Amon dans le temple de Karnak» ; «La symbolique du temple égyptien» ; «L’Égypte et les mystères du sacré» ; «La pensée d’Éliade, un itinéraire à travers les structures du sacré. Autres XIXe Congrès de la Société de Thanatologie à Paris à la Bibliothèque Nationale . Intervention sur «Les livres des morts égyptiens «. Organisation d’un Festival culturel égyptien, en collaboration avec l’Ambassade d’Égypte. Organisation et participation au Colloque «Pensée Symbolique, pensée prospective» à la Domus Medica à Paris. Intervention sur «L’urbanisme traditionnel, solution pour la cité de...

read more

La dialectique chez Platon

Posted by on 16 mayo 2016 in Videos | Comentarios desactivados en La dialectique chez Platon

La dialectique chez Platon

Intervention à Marseille à l’occasion du colloque international «L’Odyssée de la Dialectique de Platon à nos jours» La dialectique permet de connaître « ce qui est » via le dialogue. En tant que connaissance vraie, qui se distingue de l’ignorance comme de l’opinion, elle est synonyme de philosophie : le philosophe est un dialecticien. La dialectique est donc la science suprême, la seule science véritable : elle est la connaissance de la réalité....

read more